Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rémi fraisse

  • Je ne suis pas Charlie

     Je ne suis pas Charlie.

    Je dois me faire une raison. Je suis moi-même. Nous sommes nous-mêmes. La tragédie qui a touché la rédaction de Charlie Hebdo nous affecte et nous pétrifie mais la vie doit continuer. Nos pleurs sont salutaires, nos indignations aussi. Aussi salutaire que la colère qui m'habite toujours après l'assasinat de Rémi Fraisse au Testet dans le Tarn. Je n'en veux pas à ce gendarme qui a stupidement obéi à des ordres mais aux commanditaires de ce meurtre d'Etat qui sont encore en poste. 

    Charlie Hebdo doit vivre et va vivre. Nos colères aussi mais surtout notre envie de continuer à rire des cons qui nous entourent quitte à accepter en premier lieu de se moquer de nous-mêmes.

    Plus que jamais engageons-nous, révoltons-nous, aimons-nous mais n'oublions surtout pas de nous marrer. C'est la meilleure réponse à faire aux salopards qui ont tués ceux qui conjuguaient chaque semaine l'irrévérence et la satire ainsi que les deux policiers qui étaient là pour les protéger.

    Dieu, si tu existes, je te dis merde car en ton nom trop de sang continue à couler.


    Luz : "Etre Charlie c’est être obscurantophobe" by franceinter

    Charlie.jpg

    charlie hebdo

    charlie hebdo,sivens,test,rémi fraisse

    Lien permanent Catégories : humour, médias, politique 2 commentaires
  • Sivens : éviter de nouveaux drames

    arton1355-8cba8.png

    Communiqué des Alternatifs du 2 novembre 2014

    Rémi Fraisse,Testet,Sivens,Tarn

    Les Alternatifs saluent la mémoire de Rémi Fraisse et s’inclinent devant la douleur de ses proches.

    Barrage de Sivens : Une mobilisation citoyenne de longue date
    La mobilisation citoyenne contre le projet de barrage de Sivens n’a pas débuté le week-end dernier, mais dés 2011. Depuis des mois, des paysans, des riverains et des militants dénoncent un projet aberrant, dont l’objectif est de soutenir l’agriculture productiviste de quelques uns - créant à terme des impasses avec le changement climatique. Une soixantaine de jours de grève de la faim, pour obtenir la publication du rapport des experts et l’ouverture d’un débat, a été traité par le mépris. Depuis des mois ces opposants alertent sur la brutalité des forces de l’ordre.

    Un passage en force dans un extrême violence policière
    Début Septembre, les travaux ont été lancés pour un passage en force, dans une ambiance de manoeuvres militaires, avec l’objectif d’atteindre une situation irréversible. Si le gouvernement avait accepté d’écouter les arguments des opposants plutôt que de leur répondre par la force, Rémi serait encore vivant.

     Non à la criminalisation des mobilisations citoyennes
    De fait, le barrage de Sivens n’est pas le seul projet d’aménagement pour lequel le gouvernement français fait le choix de la répression et de la criminalisation des mobilisations citoyennes. Notre-Dame-des-Landes, la ligne ferroviaire Lyon-Turin, l’usine des 1000 vaches, OL Land, etc. sont autant de grands projets d’aménagement contre les dangers desquels se mobilisent de nombreux groupes citoyens. Loin d’être un blocage rétrograde, ces mobilisations portent le refus de solutions dépassées qui ne prennent en compte que des intérêts productivistes. Plutôt que d’envoyer la troupe, il est temps d’écouter ce que disent les acteurs mobilisés à Sivens, à Notre Dame des Landes etc… vers la recherche collective de solutions innovantes à des problèmes réels, de pistes pour inventer une société réellement durable et respectueuse des écosystèmes.

     Le gouvernement actuel qui n’a pas osé sanctionner les récentes destructions de portiques ni le saccage de bâtiments par des militants de la FNSEA, a réagi violemment face aux manifestations contre le barrage du Testet parce qu’il tremble devant la force de ces mouvements de contestation citoyenne ; ces mouvements préparent une nouvelle société, radicalement anticapitaliste, antiproductiviste, écologiste, autogestionnaire, une société à l’opposé de celle qu’il soutient.

    Cette société écologique et démocratique est à notre portée : pour Rémi, pour toutes et tous, amplifions le mouvement !

  • Terreur (d'État) au Testet

    Séquences de l'ambiance le 25 octobre 2014 au Testet (Tarn) avant la mort du militant écologiste Rémi Fraisse.

    Captation vidéo réalisée par le Groupe Groix.