Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fn

  • Manifestation antifa à Brest - Droit de réponse adressé au site internet d'extrême droite Breizatao.com

    brest,manifestation,anti racisme,antifa,joël roma,fn,adsav,cnt,philippe lottiaux,avignon.

    Le 10 octobre 2015 s'est déroulé à Brest une manifestation à l'appel des mouvements d'extrême droite ADSAV et Résistance Républicaine. Sous couvert de vouloir dénoncer les propos contreversés de l'imam Rachid Abou Houdeyfa,  les fascistes bretons étaient venus à Brest déverser leur litanie haineuse et xénophobe récurrente d'extrême droite. Aux abords du rassemblement de l'extrême droite bretonne se tenait une contre manifestation à l'intitiative des antifascistes brestois. Les deux rassemblements étant séparés par un dispositif policier conséquent.

    Ayant été présent « à visage découvert » (sic) dans le cortège des antifas brestois, j'ai été surpris de me voir mentionner dans la publication d'extrême droite Breizatao.com. Dans la prose rédactionnelle fantaisiste en question transpire entre les lignes l'amertume d'un ancien camarade brestois de l'ex mouvement troskyste LCR passé au Front National.

    Ci dessous le texte du droit de réponse que j'ai transmis au directeur de la rédaction de Breizatao.com.

    Bonjour,

    Votre "fiche de renseignement" pleine d'amertume semble avoir été alimentée par Joël Roma ex militant de la LCR et de Brest à Gauche Autrement venu ensuite grossir les rangs du FHaine. Exercice de style haineux pour faire oublier ses anciens engagements anti racistes? En tout cas c'est ce même ex-camarade qui m'avait "jovialement et amicalement" salué lors des dernières législatives de 2012 à Brest dans les locaux d'une radio brestoise. Malgré son glissement idéologique, j'avais gardé un minimum de respect à cet ancien camarade militant en souvenir de nos échanges passés. Comme quoi on peut se tromper sur la nature humaine. Pour mettre à jour votre fiche de police haineusement puérile et malgré mon côté "peu mature" (sic) et "influençable" (sic) etc... je tiens à vous préciser que la formation politique "marxiste et pseudo-écologiste Les Alternatifs" a été dissoute en mars 2015. Quand on veut faire du pseudo journalisme on se donne les moyens de vérifier ses informations. Faut t-il avoir un minimum d'intelligence et d'honnêteté pour le faire. 

    Pour l'anecdote à vocation journalistique, avez-vous retrouvé votre camarade fasciste doté d'un "intellect hautement supérieur et "influençable" qui s'était trompé de cortège et qui était venu renforcer les rangs du cortège de la CNT? Pour la confidence, une autre de mes anciennes connaissances professionnelles "influençable" a aussi rejoint le FHaine. Il s'agit de Philippe Lottiaux (ex militant RPR UMP) et ex fantaisiste imitateur avec qui j'avais collaboré il y a quelques années à la Ville de Paris. 

    Moralité, une fiche de renseignement, on la rédige correctement ou on s'abstient. Cela évite d'écrire des conneries. La prochaine fois que vous aurez envie de me citer, adressez-moi en amont votre papier. Je me ferai une joie immense à vous proposer gracieusement mes corrections avant publication.

  • Pub Loué : La colère feinte d'Estrosi n'est qu'un appeau électoral pour pigeonner les policiers

    Estrosi,pub,Loué,Estrosi

    Début août, monté sur ses ergots, le député-maire de Nice Christian Estrosi a annoncé via un tweet qu'il voulait faire retirer la dernière publicité des poulets Loué qui a ses yeux dénigre les forces de l'ordre. Visuel de la réclame incriminée qui ne fait qu'associer sur un ton potache un faux agent de police opérant un contrôle de vitesse et ayant dans le viseur un poulet élevé dans la commune de Loué. La mention « poulet contrôlé ! » se voulant illustrer la qualité du mode d'élevage de l'animal. Pas de quoi casser la patte à un canard, fut t-il enchaîné et encore moins matière à une proposition de loi. Estrosi voulait peut être faire du populaire, avec sa colère surjouée en mode « honneur de la police bafouée  », il nous la joue « peine-à-jouir » populiste pour la grande joie des rieurs d'internet. On s'étonnera au passage que Christian Estrosi réserve son courroux au seul domaine publicitaire alors que les pandores sont caricaturés depuis des lustres que cela fusse au cinéma, à la télévision, au théâtre en passant par la bande-dessinée, j'en passe et des meilleures... Exclusive qui amène à s'interroger sur l'intention véritable de la croisade soudaine du Don Quichotte niçois.

     Une farce grossière à visée électoraliste
    La claque des syndicats policiers n'arrive pas à donner le change à cette farce estivale honteusement téléphonée. On comprend bien vite que la campagne publicitaire de Loué s'affiche là pour Christian Estrosi comme une opportunité fortuite afin d'occuper le terrain médiatique et surtout draguer à nouveau les résidents de la maison poulaga. Dessous le képi de chaque policier il y a un électeur. Public électoral potentiellement volatile capable d'aller à l'occasion picorer la pitance lepéniste. Les passerelles sont ténues. Avec un parti socialiste qui surfe désormais sur le même créneau sécuritaire, chaque uniforme vaut aujourd'hui son pesant d'or. Autant donner du grain à sa basse cour pour la fidéliser. Genre de détail qu'on ne perd pas de vue à l'UMP quitte pour Christian Estrosi à renfiler une fois encore son costume de Morano au masculin et à passer pour l'imbécile de service. Au diable les rieurs. Petit sacrifice pour les ambitieux patentés qui en attendent toujours en retour un bénéfice en remerciement. Il nous rejoue donc là un pâle remake du gendarme niçois nous servant son overdose de bouillabaisse sécuritaire et liberticide remâchée à l'extrême dont il en a fait son fonds de commerce politique. Christian Estrosi laboure sur un terrain connu. Cette séquence de colère feinte n'est que du réchauffé pour l'UMP. En 2010, Brice Hortefeux alors ministre de l'Intérieur, lui aussi grognard sarkozyste, nous avait interprété son propre épisode « honneur de la police bafouée » en réaction à une précédente campagne publicitaire de l'éleveur de poulets sarthois qui avait déjà utilisé sur le mode humoristique sa métaphore publicitaire autour de sa volaille campagnarde. A l'image de l'ire d'Hortefeux de 2010, celle de Christian Estrosi s'affiche donc à nouveau comme un appeau électoral pour attirer les policiers dans le poulailler UMP. Dans l'affaire, Christian Estrosi n'est que l'un des chausse-pieds du « retour » (sic) storytellé de Nicolas Sarkozy en vue des présidentielles de 2017. Sa propre candidature à la primaire de l'UMP et sa déclaration d'annonce n'en étant que des éléments de mise en scène d'un scénario dont les grosses lignes sont déjà écrites. Peut être un peu trop grossièrement d'ailleurs. A la fin de l'histoire, les vrais pigeons ne sont donc pas toujours ceux qu'on imagine. Les rieurs en seront aussi pour leur grade si ils n'avaient pas perçu l'intention première du député-maire de Nice et de l'UMP.

    Le seul vrai gagnant de cette farce politico-médiatique n'est au final que l'éleveur de gallinacés qui aura bénéficié encore une fois d'une exposition publicitaire supplémentaire gratuite. Du grand art en la matière. Un « co-branding » convenu qui annonce déjà le prochain épisode.

    Gaston,appeau,Franquin,policier,poulet
    - C'est pour les poulets, ton appeau...
    - M'enfin ?!

    Et aussi, picoré sur la toile :

     - Christian Estrosi en guerre contre la pub des poulets de Loué : un combat absurde
    par Giuseppe Di Bella - Le Nouvel Observateur -02/08/2014

    Des pigeons et des poulets
    par Alain Korkos - Arrêt sur images - 05/08/2014

    - Poulet à la niçoise
    par Judge Marie - 4 août 2014

  • Non merci !!! Ni à Brest, ni ailleurs !!! A bas les fascistes

    brest,brest la rouge,antifa,antifascisme,racisme,élections,municipales,2014,fn,front national,fhaine,quartiers populairesDepuis quelques semaines, un local du Front National a ouvert aux Quatre Moulins (rue Rabelais, à l'intersection avec la rue Anatole France). C'est la première fois depuis bien longtemps que ce parti a pignon sur rue dans notre ville, et il est grand temps de nous en inquiéter. La tentative pour un parti d'extrême droite de venir s'implanter à Brest est symptomatique d'un climat général favorable au retour d'idées bien puantes. A l'approche des élections municipales, le FN tente, ici comme dans d'autres villes, de gagner des voix, alors même que la majorité en place poursuit un travail de stigmatisation des migrants à l'échelle nationale comme locale, montrant une fois de plus que le changement ne viendra pas par les urnes.

    Surtout, n'oublions pas que derrière le « ravalement de façade » entrepris par Marine Le Pen, qui tente notamment de présenter un discours plus « social », le parti garde son idéologie xénophobe basée sur l'ignorance, dont la progression au sein de la société n'est pas pour nous rassurer. Parce que nous refusons toutes discriminations racistes, sexiste, homophobe, nous nous battrons pour faire reculer le FN ainsi que tout les groupuscules fascisants qui traînent dans son sillage. Montrons au Front National qu'il n'est pas le bienvenue à Brest La Rouge.

    Des antifascistes brestois-e-s.

    RASSEMBLEMENT ANTIFASCISTE SAMEDI 9 NOVEMBRE A 14H
    DEVANT LA MAISON POUR TOUS DE SAINT-PIERRE

    Arrêt bus : St-Pierre (ligne2)

    brest,brest la rouge,antifa,antifascisme,racisme,élections,municipales,2014,fn,front national,fhaine,quartiers populaires
    une centaine de personnes se sont rassemblées ce samedi 9 novembre à Brest devant le local du FN
    (photo : J. Le Goïc - EELV Brest)

  • Municipales à Brest : les bisbilles toujours d'actualité du côté des droites dures

    bernadette_malgorn.jpgLa non encartée Bernadette Malgorn aurait t-elle déjà battu par KO son challenger Laurent Prunier ? En tout cas cela s'agite dans l'entourage de l'ancienne Préfet de région Bretagne. Rien ne transpire du côté du blog et du compte Tweeter de l'intéressée mais côté collaborateurs, tout est est fait pour montrer que la campagne est lancée est que l'équipe est en place du côté du local du boulevard Montaigne. Bernadette Malgorn a déjà compris l'intérêt pour elle d'aller au devant du terrain pour compenser son déficit de notoriété dans la cité du Ponant. Ce qu'elle fait en répondant aux associations qui la sollicite déjà. Il y aura tout de même du boulot à abattre pour se débarrasser de son surnom de "Bernie la matraque" qu'on lui avait affublé du temps où elle était préfet de la région Bretagne et dont les aspirations sécuritaires avaient laissé des traces. C'est le cas de le dire.

    Laurent_Prunier.jpgDu côté de Laurent Prunier cela paraît plus brouillon. L'intéressé  qui tient pourtant sa légitimité des militants UMP locaux semble en ce moment plus occupé à gérer sur les réseaux sociaux ses règlements de compte avec l'élue communautaire et municipale Sophie Mével. L'ex Attachée parlementaire de Philippe de Villiers avait quitté au début de l'année en compagnie de Brigitte Hû le groupe de l'Union de la Droite et du Centre pour créer leur propre groupe Divers Droite avec l'intention de présenter une liste aux municipales, voir plus probablement rejoindre celle de Bernadette Malgorn. Divorce quand tu nous tiens.

    Au delà des histoires d'inventaire à la brestoise et du recomptage des petites cuillères, on en resterait sauf sans surprise de dernière heure sur deux listes de droite dure. L'officielle de l'UMP avec à sa tête Laurent Prunier et celle de la non encartée Bernadette Malgorn. A moins qu'une seule liste "réconcilie"  (sic) les deux concurrents de la droite dure à l'automne prochain ?  Protagonistes qui savent en effet qu'ils auront en embuscade une liste FN qui n'espère que les bisbilles brestoises perdurent pour créer la surprise au soir du premier tour des prochaines municipales.



    France 3 Iroise - 19 septembre 2013