Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fichage - Page 2

  • Fortuné Pellicano : sa famille politique c'est l'UMP !

    brest,fortuné pellicano,françois cuillandre,élections,municipales,ump,sarkosy,politique,rpr,ps,parti socialiste,laurent prunier,julie le goïc,conseil municipal,eelv,pcf,bnc,prg,udb,fêtes maritimes,déficit

    Outre le plus que libéral directeur de la CCI Michel Gourtay sur la liste des municipales du socialiste François Cuillandre, c'est aussi la présence de l'ex-RPR ex-UMP Fortuné Pellicano (sous les couleurs du PRG qu'il a récemment rejoint), qui provoque les gorges chaudes dans le landerneau brestois.

    Elu brestois « de droite » depuis 1995, Fortuné Pellicano a multiplié les mandats, d'abord sous les couleurs du RPR puis de l'UMP dont il fut le chef de file pour la 3ème circonscription du Finistère (Brest-Rural).

    brest,fortuné pellicano,françois cuillandre,élections,municipales,ump,sarkosy,politique,rpr,ps,parti socialiste,laurent prunier,julie le goïc,conseil municipal,eelv,pcf,bnc,prg,udb,fêtes maritimes,déficitDébut 2007, Fortuné Pellicano n'avait pas manqué de mots pour louanger l'annonce de la candidature à la Présidentielle de son mentor Nicolas Sarkozy. Moment que Fortuné Pellicano avait attendu « avec impatience [...]. Un grand moment d’émotion et de partage. Un moment magique comme on n’en vit que trop rarement dans la vie politique » et dont il n'avait pas manqué à l'époque de préciser qu'il avait « activement » participé à la création du comité de soutien brestois.

    En juin 2007, Fortuné Pellicano rendait publique sa déclaration de candidat à la candidature UMP pour les élections municipales de 2008 à Brest et s'affichait comme la personne étant « en capacité de pouvoir rassembler le plus largement possible dans sa propre famille politique » et aussi « être apte et en situation de faire l’Union avec tous nos partenaires traditionnels de la droite et du centre ».

    brest,fortuné pellicano,françois cuillandre,élections,municipales,ump,sarkosy,politique,rpr,ps,parti socialiste,laurent prunier,julie le goïc,conseil municipal,eelv,pcf,bnc,prg,udb,fêtes maritimes,déficitEn novembre 2007, Fortuné Pellicano fut exclu de l'UMP pour, selon les instances nationales de ce mouvement politique, « avoir organisé des tentatives de déstabilisation de la campagne législative de la députée sortante UMP Marguerite Lamour », et, en vue de « considérations personnelles... […] ….avoir tenté d’organiser un scrutin sur la troisième circonscription, concernant les municipales de 2008, le 5 mai 2007, soit la veille du deuxième tour de l’élection présidentielle. ».

    Fortuné Pellicano et l'équipe de François Cuillandre
    brest,fortuné pellicano,françois cuillandre,élections,municipales,ump,sarkosy,politique,rpr,ps,parti socialiste,laurent prunier,julie le goïc,conseil municipal,eelv,pcf,bnc,prg,udb,fêtes maritimes,déficitSuite à son exclusion de l'UMP, Fortuné Pellicano présenta alors sa propre liste « de droite » à l'élection municipale de 2008. A propos du bilan de la première mandature du socialiste François Cuillandre et de sa majorité, Fortuné Pellicano s'exprimait sans équivoque en 2008 dans sa propagande électorale : « La majorité socialiste n'a pas su régler les problèmes des Brestois, ni même les écouter ! François Cuillandre n'a pas réussi à engager Brest vers l'avenir, ni même imaginer le Brest que nous voulons aujourd'hui comme demain ! … » …ce qui ne l'empêcha pas d'être le meilleur soutien au maire socialiste François Cuillandre les six années suivantes en tant qu'élu de l'opposition « de droite » (sic) !

    Croire que ce fervent promoteur de la vidéosurveillance et d'une police municipale ait changé soudainement d'idéologie tient d'un royal foutage de gueule. Même ses nouveaux partenaires politiques et colistiers de la liste Cuillandre n'y croient pas une seconde. On serait plus dans le vrai de considérer aujourd'hui que cela soit le PS brestois et ses partenaires qui aient changés de logiciel ! La lutte des places cela rapproche dans les renoncements des un.e.s et des autres.

    brest,fortuné pellicano,françois cuillandre,élections,municipales,ump,sarkosy,politique,rpr,ps,parti socialiste,laurent prunier,julie le goïc,conseil municipal,eelv,pcf,bnc,prg,udb,fêtes maritimes,déficit

    Fortuné Pellicano en rade de transparence
    Lors de la campagne des municipales de 2008 à Brest, Fortuné Pellicano, la main sur le cœur, s'engageait sur la transparence qu'il souhaitait renforcer. « Chaque brestois doit savoir comment est dépensé l'argent public ». Fort de cet engagement, on peut se demander alors pourquoi Fortuné Pellicano n'a pas soutenu lors du dernier Conseil municipal (vendredi 11 janvier 2014) son ex-camarade UMP Laurent Prunier qui a interpellé le maire de Brest sur le bilan financier des « Tonnerres de Brest 2012 ». Bilan financier qui se fait désirer. L'interpellation de Laurent Prunier est restée sans réponse de la part de la majorité actuelle. Manifestation événementielle dont la municipalité sortante ne semble pas chaude pour communiquer à la population sur son déficit, ceci plus d'un an et demi après qu'elle ait eu lieu ! Que les membres de la liste patchwork de François Cuillandre aux prochaines municipales à Brest voudraient faire savoir aux brestois et aux brestoises qu'ils les considèrent comme des imbéciles, qu'ils ne s'y prendraient pas autrement.

  • Laurent Bonelli: « Le traitement médiatique de l'insécurité »

    Le 24 mai 2012,  Laurent Bonelli était l'invité  des « Jeudi d'Acrimed ».
    Laurent Bonelli est maître de conférences en science politique à l'Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense.

    Une présentation toujours pleine d'actualité.

    Laurent Bonelli est notamment l'auteur de La France a peur. Une histoire sociale de l' « insécurité »

    >> Introduction au débat <<

    Première partie - L'intervention de Laurent Bonelli

    Deuxième partie - Le débat

    A lire :

    Les médias et l’« insécurité » : les magazines télévisés (extraits de La France a peur)

  • "Mouton 2.0 - La puce à l'oreille" - Le film

    Réalisation : Antoine Costa et Florian Pourchi 

    La modernisation de l’agriculture d’après guerre portée au nom de la science et du progrès ne s’est pas imposée sans résistances. L’élevage ovin, jusque là épargné commence à ressentir les premiers soubresauts d’une volonté d’industrialisation.

    Depuis peu une nouvelle obligation oblige les éleveurs ovins à puçer électroniquement leurs bêtes. Ils doivent désormais mettre une puce RFID, véritable petit mouchard électronique, pour identifier leurs animaux à la place de l’habituel boucle d’oreille ou du tatouage. Derrière la puce RFID, ses ordinateurs et ses machines il y a tout un monde qui se meurt, celui de la paysannerie.

    Dans le monde machine, l’animal n’est plus qu’une usine à viande et l’éleveur un simple exécutant au service de l’industrie. Pourtant certains d’entre eux s’opposent à tout cela …

    Les RFID sont le point de départ du projet de ce film documentaire. Le puçage se généralise autour de nous, les informations se recoupent, la carte d’identité biométrique s’impose. À chaque fois avec de bon prétextes, de bonnes raisons, de bons arguments. Avec la directive européenne concernant le puçage obligatoire des cheptels ovins et caprins, nous assistons à la première obligation d’envergure de puçage du vivant. Une expérimentation grandeur nature dont les industriels se flattent.

    La majeure partie du documentaire est consacrée aux paroles d’éleveurs sans commentaires. Un peu à la manière des tribunes libres dans la presse nous écouterons les récits de ceux qui vivent ces transformations et luttent contre les obligations

    Une production SYNAPS Collectif Audiovisuel

    Durée : 77 mn


    Mouton 2.0 - La puce à l'oreille par Synaps-audiovisuel
    Creative commons by nc sa 2012

    Loin des circuits classique de l’industrie cinématographique le film Mouton 2.0 La puce à l’oreille ne demande qu’à vivre librement.

    En savoir plus :

    - Infos, projection, soutiens : www.mouton-lefilm.fr

    - Dossier de presse

  • Notre Dame des Landes : la répression contre les opposants plus intense de jour en jour

    logo_acipa.jpg

    Communiqué de l'ACIPA - 29 janvier 2013 

     

    Au lendemain de la journée de dénonciation des violences de l’Etat, l’ACIPA constate avec indignation que la répression contre les opposants au projet d’aéroport devient de jour en jour plus intense.
    Après Sylvain et Clément jugés pour violence (avec arme et sans arme) en août pour avoir pour le premier reculé doucement son tracteur, Erwan et Elise, qui passent en procès le 12 février pour attentat à la pudeur pour s’être dénudés devant les gardes mobiles pour symboliquement dénoncer la fragilité des manifestants en face des gendarmes sur-équipés, Cyril en prison après s’être défendu face à des policiers déguisés en zadistes qui l’agressaient, des opposants parisiens en garde à vue pour des collages d’affiches, .....voici des jeunes qui passent en comparution immédiate après 48h de garde à vue pour un pique nique dans une propriété privée suite à une manifestation pacifique et clownesque.
     
    L’ACIPA dénonce de nouveau la disproportion scandaleuse entre les actes reprochés et leur traitement par les autorités, et plus généralement la criminalisation des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, seule réponse apportée par l’Etat qui n’a trouvé que l’emploi de la force pour contrer une argumentation solide contre un projet insensé.
     
    Contact Presse :
    Julien DURAND : 02 40 57 25 62
    Dominique FRESNEAU : 06 71 00 73 69

    825039d6ec5387b10a6756c4546a2e36-5142d.jpg

  • Tsiganes : pour la suppresion du "passeport intérieur"

    Dans une lettre ouverte transmise jeudi 6 septembre 2012 à l’AFP intitulée "Une gens du voyage en colère", Alice Januel alias "Georgette", 59 ans, ancienne présidente de l’association nationale des gens du voyage catholiques (ANGVC) a lancé à ses pairs un appel solennel à ne plus faire viser en gendarmerie le «Carnet de circulation" qui régit leurs vie quotidienne depuis 1969, pour qu’il soit enfin abrogé.

    Carnet%20de%20circulation.jpg« Aujourd’hui, je dis ça suffit ! Nous sommes en 2012 et je vais être retraitée. L’administration m’a remis un nouveau carnet que je dois faire viser tous les trois mois ! C’est la goutte d’eau de trop", martèle cette mère de 4 enfants qui, jusque-là foraine en activité, n’avait eu comme contrainte "que" le « livret de circulation », qui, lui, ne doit être signé que tous les 5 ans.

    Le jour où on ne travaille plus, on nous donne un carnet de repris de justice, ni plus, ni moins. Il nous faut aller à la gendarmerie tous les trois mois, comme un repris de justice.

    Mon père est entré dans le maquis à 16 ans, engagé volontaire à 18 ans, on a élevé honnêtement nos enfants avec mon mari, ils ont fait leur service militaire... Ce carnet, c’est comme un permis de circuler dans notre propre pays, tous les étrangers l’ont !

    Je refuse ! Et j’appelle tous mes amis, mes frères, et tous ceux qui subissent ce marquage au fer à ne plus faire signer leurs carnets en gendarmerie. Et si on attrape des amendes, comme le prévoit la loi, on ira devant le juge et on utilisera tous les moyens pour faire cesser cette infamie qui nous stigmatise dans ce pays qui se dit être le pays des droits de l’Homme »,

    A quand en effet la suppression de ce «passeport intérieur" dont sont contraints les tsiganes français?

    Il faut une fois pour toute supprimer le « carnet de circulation » dans le respect du protocole n° 4 de la Convention européenne des Droits de l’Homme qui dispose que « quiconque se trouve régulièrement sur le territoire d’un État a le droit d’y circuler librement et d’y choisir librement sa résidence ». Qu'attend la France pour se mettre en conformité ?

    Plus généralement, il faut éradiquer toutes les discriminations administratives dont sont encore victimes les français dénommés « gens du voyage » .

     Aller plus loin :

    - « Discrimination des gens du voyage : le droit européen et national »
    document publié par la Halde